Le coût de la non-qualité

Comme nous l'avons vu, la qualité logicielle est une notion vaste qu'il est difficile de caractériser de manière exhaustive. En revanche, la non-qualité est généralement perceptible de manière très concrète : morceaux choisis illustrant le coût de la non-qualité logicielle

Qui n'a pas fait face à un message d'erreur signalant un plantage ou un comportement inattendu d'un logiciel, et empêchant l'exploitation normale d'une fonctionnalité ? Rien de bien grave dans la majeure partie des cas, mais des conséquences dramatiques dans d'autres…

Bug fatal error

Le bug d'Ariane 5

Article

L'un des défauts de qualité les plus célèbres est celui qui a affecté l'ordinateur de guidage embarqué d'Ariane 5 une trentaine de secondes après son décollage le 4 juin 1996.

Plusieurs problèmes de non-qualité logicielle sont à l'origine de ce loupé spectaculaire. La portion de code à l'origine du déboire avait en fait été repris d'un ancien système (en l’occurrence Ariane 4), et n'était malheureusement pas adapté à la puissance de son successeur. Aucune simulation au sol n'avait pu mettre en œuvre ce module de manière à identifier le problème. Enfin, le système de guidage était doublé d'un deuxième système, dit de secours. Or ce second système était la réplique exacte du premier : quand il a pris la relève, il a réitéré les erreurs du premier, et l'autodestruction était alors inévitable.

Ce défault de qualité est souvent qualifié de « bug le plus cher de l'histoire » (pas forcément à raison, cf. plus bas).

Conséquences : une perte totale d'environ 370 millions de dollars…

Le bug de la sécurité sociale

Un bug informatique faussant les calculs de cotisation retraite (gestion des arrondis pour le calcul du nombre de trimestres cotisés) a été découvert dans les systèmes de l'Assurance sociale française en 2009.

Pour plusieurs millions de personnes, et ce depuis 1984, le calcul du nombre de trimestre était faux, et à leur avantage… Sympa pour ces gens, mais moins sympa pour les comptes de notre pays !

Conséquences : un coût estimé (par différentes sources) entre 900 millions et 2,5 milliards d'euros pour la sécurité sociale.

La perte de Mars Climate Orbiter

Mars Climate Orbiter était l'une des deux sondes spatiales du programme Mars Surveyor 98, ayant pour but d'étudier la planète rouge. Le 23 septembre 1999, la sonde est détruite à cause d'une erreur de navigation, et s'écrase sur Mars.

L'enquête a montré que cette avarie a été provoquée par le fait que le module de correction de trajectoire exploitaient des données codées selon le système métrique international (km, m, cm) alors que le logiciel embarqué dans les capteur le sollicitait avec des données codées dans le système anglo-saxon !

Conséquences : une perte de plus de 300 millions de dollars.

Et beaucoup d'autres…

Cette liste pourrait être interminable, et surtout présenter de nombreux autres cas moins spectaculaires dans l'absolu mais tout aussi critiques pour les entreprises et états qui en font les frais.

La non-qualité a toujours un coût, tôt ou tard, élevé ou plus modeste.